Scolan 2020

Question : Quelles sont les réalisations dont vous êtes la plus fière ?

M. Scolan : Je suis satisfaite d’avoir pu avancer sur des projets qui étaient à l’étude et sans solution depuis plus de vingt ans : le commissariat va enfin voir le jour et évoluer sous une forme plus opérationnelle et plus actuelle au regard d’un légitime souci de mutualisation entre les services de la Police Nationale et la Police municipale sous la forme d’un « pôle sécurité ». Le dossier d’étude de la fermeture du passage à niveau, nécessaire compte tenu de son extrême dangerosité et mis en concertation en 2018, semble aujourd’hui recueillir l’assentiment du plus grand nombre. La fin des travaux est prévue en 2023. Après 10 ans de travaux, l’Opération de Renouvellement Urbain de la Galathée est finalisée. J’ai veillé à toujours placer l’Humain au coeur du dispositif d’aménagement de ce quartier. Des équipements nouveaux ont vu le jour : la rénovation du stade Deuil-Enghien, l’agrandissement des équipements sportifs du Lycée, le Pôle Santé et l’extension de l’école Henri Hatrel. L’assainissement des finances notamment la dette par la conversion des emprunts toxiques en emprunts à taux fixe, la reconstitution de la trésorerie, la réduction des frais de train vie et de la masse salariale, ont permis la reconstitution de notre capacité d’investir. C’est tout simplement une gestion en « bon père de famille » et qui est de bon augure pour l’avenir de notre ville.

Question : Quels sont les grands axes de vos projets pour le nouveau mandat ?

M. Scolan : Une réflexion globale sur la ville a été élaborée avec les Deuillois au cours des « Ateliers de la fabrique du projet » et sera déclinée dans les différents quartiers de la commune, ce qui participera à redonner une identité à Deuil-La Barre. La coulée verte, véritable colonne vertébrale de la ville et les cheminements qui en découleront vont constituer un nouveau plan de circulations douces. Les espaces verts traversés par la coulée verte seront aménagés en concertation avec les habitants. Une ville éco-citoyenne verte et apaisée, dans laquelle il fait bon vivre : santé, éducation et animation seront des priorités pour tous les Deuillois, sans oublier les plus fragilisés. C’est ensemble que nous devons appréhender les changements incontournables de nos modes de vie pour lutter contre le réchauffement climatique. Nos regards doivent aujourd’hui se tourner vers de nouveaux quartiers : reconquérir le centre-ville ancien de Deuil-La Barre en préservant son histoire tout en le redynamisant, rénover le quartier des Mortefontaines et réfléchir au devenir de la Barre Ormesson où un parking devra être créé. Il sera nécessaire d’agrandir l’école Poincaré et de créer un nouveau centre de loisirs, de nouveaux équipements dédiés à la petite enfance, une résidence séniors près d’Enghien-les-Bains, deux maisons médicales, une en centre-ville et l’autre aux Mortefontaines, un équipement sportif à proximité du collège Emilie du Châtelet dédié aux arts martiaux…

Question : Pourquoi êtes-vous candidate pour un second mandat de maire ?

M. Scolan : J’aime notre ville et les Deuillois. Transformer une ville demande de la continuité et du temps. Je me présente à la tête d’une liste renouvelée, dont la grande majorité de mes colistiers n’appartient à aucun parti politique, rassemblée autour de valeurs communes : le respect, l’écoute de l’autre, la transparence et l’honnêteté. L’équipe de « Vivons Notre Ville » ressemble aux habitants de Deuil-La Barre dans leur diversité et portera à mes côtés le projet pour lequel nous sollicitons la confiance de tous les Deuillois.

Dans le cadre du processus d'élaboration du programme d'investissement et de fonctionnement du prochain mandat communal, les ateliers "La Fabrique" constituent des points de rencontres privilégiés permettant une co-construction entre la liste Vivons Notre Ville et les Deuillois. Ils seront suivis d'une restitution publique début mars.

Concrètement, les Deuillois doivent pouvoir trouver une tribune leurs permettant de proposer des pistes d’évolutions, de poser des questions, de s’exprimer sur des propositions ou, plus simplement de s’imprégner des grands enjeux de la future mandature.

Bien entendu, dans un souci d’efficacité et de véracité, il conviendra de distinguer l’idéal et le possible et par conséquent de partager sur les contraintes réglementaires, financières ou de compétences qui régissent le fonctionnement des collectivités territoriales.

Vos élus doivent être les garants non seulement de cette élaboration mais aussi de sa faisabilité.